Jeudi soir, nous avons accueilli nos petits derniers, deux poitevins, Bilibi et Bud, respectivement chèvre et bouc.
Un peu têtu, Bud a finalement accepté de rejoindre sa nouvelle maison. Mais pour Bilibi, ça a été une autre histoire…
Après nous avoir échappé des mains, une course-poursuite épique s’est entamée. Une petite épreuve d’endurance sur 4 hectares.
Jusqu’à ce que la poursuite se termine mal… Bilibi s’est enfoncée dans la grande forêt, au-delà de notre ferme.
Et le jour n’allait pas tarder à décliner…

« Elle est fichue… On n’arrivera pas à la récupérer… Elle doit déjà être à 3km… Elle va finir écrasée par le train ou tuée par un chasseur… »
Totalement démoralisés, nous étions sur le point de baisser les bras. Les chances de la retrouver dans cette grande forêt étaient quasi nulles.
Mais au bout de quelques instant, nous avons repris nos esprits.
Laisser tomber, ce serait renoncer à ce qui fait toute notre énergie, cette force qui nous pousse tous les jours à mener notre grand projet de vie !!
« Allez ! On doit au moins essayer ! Impensable de ne pas au moins avoir tenté ! Le plan : d’abord, on emmène Lilith et Inara (nos premières chèvres). Croiser des copines, ça pourrait la motiver à nous suivre. On se sépare avec une chèvre chacun, et on fouille en espérant la retrouver ! »

L’expédition commence. On s’enfonce dans la forêt, et après un long moment, l’espoir faiblit…
« Hé bien, c’est fichu, on rentre… on peut tenter de fouiller l’autre côté du bois, mais c’est encore moins probable. »
On avance un moment. Et à l’instant même où Max allait faire demi-tour…
« C’est quoi cette tache sombre… une souche ?…

Vicky ? VICKY ???? ELLE EST LAAAAA !! JE FAIS QUOIIII ?!! »
Pour Max, le temps d’être rejoint par Vicky, les minutes sont des heures. La chèvre est immobile, tout comme lui, et les deux ne se quittent pas des yeux. On se croirait dans un duel de western-spaghetti.

Vicky finit par arriver. On commence la délicate opération de récupération. Bilibi est apeurée, complètement perdue. Elle nous craint. A n’importe quel moment, elle pourrait prendre la fuite. Mais grâce à Lilith et Inara, on peut s’approcher sans qu’elle file.
Tout doucement, on s’avance, on réussit par plus ou moins l’entourer, rejoints par un ami (dédicace Marc !)… Et la magie finit par opérer. Pas besoin d’action brusque, elle finit par suivre toute seule Inara.
La tension est à son comble, on se met doucement en route, direction la ferme. Bilibi continue à avancer avec nous, entourée par Inara et Max devant, Lilith et Vicky derrière.

A l’orée du bois, notre ami Martin attendait avec le bouc en main. Et au moment où Bud s’est mis à bêler… L’attitude de Bilibi a complètement changé. Dans des pleurs dignes d’une scène de film d’amour, elle a accéléré la cadence jusqu’à rejoindre son petit copain.
« Ne pas crier victoire trop vite… Il reste 100m, rien n’est gagné. »
Et enfin, victoire ! La pauvre petite Bilibi ne vivra pas de triste destin ! Elle est maintenant bien au chaud dans sa nouvelle maison avec son petit copain !

Comme quoi, un peu d’optimisme et de persévérance, ça a du bon